▶ Ma vie à poil sur le Net : Facebook

Une autre vidéo qui date de juin 2013 mais toujours autant d’actualité !

▶ Ma vie à poil sur le Net : Facebook – Film Documentaire Complet 2013 [VF] – YouTube.

N’hésitez pas à partager et à commenter ! 🙂

▶ Sensibilisation aux médias sociaux

reflechissezavantdecliquer

A méditer , un excellent documentaire à diffuser largement tant il est bien réalisé en terme d’exemples de dérives sur les médias sociaux. J’ai déjà eu l’occasion maintes fois de souligner l’importance de sensibiliser les internautes (jeunes et moins jeunes) à l’utilisation des réseaux sociaux, qui procure le plus souvent un sentiment de partage en toute sécurité.

▶ La Folie Facebook – Documentaire Français Complet 2013 – YouTube.

N’oubliez cependant pas la règle d’or : tout ce que vous publiez sur internet peut se retourner contre vous ! Prenez garde à ce que vous publiez et demandez vous toujours si c’est sans risque pour vous.

Que pensez-vous de ce reportage ?

Un exemple de sensibilisation des jeunes sur les réseaux sociaux

Vous avez des exemples de bonnes pratiques des réseaux sociaux par les adolescents ? Venez témoignez ou transmettre vos liens vers des articles ici ! 🙂

Un grand merci à @DelpheF pour son premier apport via Twitter ! 🙂

 

Les réseaux sociaux sont-ils un danger pour les adolescents ?

Si les réseaux sociaux, Facebook en tête, ont été largement adoptés par les adolescents, ceux-ci sont encore loin d’en maîtriser tous les aspects. Pour rappel, en octobre 2012, Amanda Todd, jeune américaine de 15 ans se suicide suite au harcèlement dont elle est victime sur internet puis sur Facebook. Autre cas plus récent, celui d’Hanna Smith, jeune anglaise de 14 ans, harcelée quant à elle sur le réseau social Ask.fm et retrouvée pendue par sa sœur le 2 août.

S’il est courant de condamner les réseaux sociaux en question et les dérives que ceux-ci entraînent, il s’agit là d’un faux débat. De tout temps et depuis qu’internet existe, nous assistons à ces dérives qui ne sont pas dues à un mauvais fonctionnement mais bien à une mauvaise utilisation voire un détournement des fonctionnalités de base.

 ados réseaux sociaux

Les adolescents sont une cible d’autant plus facile qu’ils ont encore une vision déformée des réseaux sociaux. Véritable phénomène de mode qui échappe encore aux parents, les réseaux sociaux sont un espace d’expression de prédilection pour ces jeunes. Plus qu’être populaire dans la vraie vie, les réseaux sociaux sont pour eux une opportunité supplémentaire de se mettre en avant (voire pour certains de se recréer une identité).
C’est pourquoi ils mettent en scène leur vie, affichant leurs joies, leurs peines, leurs photos/vidéos. Ils font la course à la popularité, avec pour objectifs d’attirer le maximum de commentaires, de « like », de réactions. N’hésitant pas à se dévoiler et à se mettre en danger. Ainsi, certains d’entre eux indiquent leur véritable identité, affichent leurs données personnelles (adresse, téléphone, date de naissance, écoles, etc.). Persuadés qu’ils contribuent ainsi à leur popularité, ils donnent un maximum de détails sur leur vie, s’affichent pour certains sans censure, pensant qu’ils sont protégés.
Il en est de même pour la notion d’« amis » sur le réseau social. Car s’il commence à tisser son premier réseau d’amis par ses véritables amis dans la vraie vie (IRL), le jeune finit par accepter de loin en loin les amis d’amis, puis de parfaits inconnus.

C’est ainsi que les adolescents offrent leur vie en pâture au moindre internaute ou presque. Et c’est là qu’ils courent un vrai danger car ils sont à la merci de tous.

Si les réseaux sociaux sont un danger pour les adolescents c’est aussi parce que les parents ne connaissent peu ou pas leur fonctionnement. Le plus souvent, ces derniers se « contentent » de faire confiance à leurs enfants, pensant qu’ils maîtrisent les risques et sont de toute façon beaucoup plus connaisseurs. Ce qui est un faux sentiment car si les générations présentes et futures sont effectivement de plus en plus familières des nouvelles technologies de manière générale, elles n’en maîtrisent pas pour autant tous les aspects.

En conclusion, plutôt que de boycotter les réseaux sociaux tels que le préconisent certains pays, mieux vaut apprendre à appréhender ces nouveaux moyens d’expression. Encore une fois, ce ne sont pas les réseaux sociaux en eux-mêmes qui sont dangereux mais l’utilisation qui en est faite. Cette étape de sensibilisation est plus qu’essentielle. Point que j’aborderai dans un prochain article.

En attendant, si vous souhaitez réagir, n’hésitez pas. Vos avis sont les bienvenus ! 🙂

De l’importance de faire monter en compétences les téléacteurs sur les médias sociaux

Depuis toujours, les entreprises ont recours aux centres d’appels pour gérer leur relation client.
Or, depuis quelques années déjà, les médias sociaux donnent un impact beaucoup plus important à la voix du consommateur/client.

Plus que la relation client dans son sens global, le consommateur/client mécontent pèse de tout son poids dans la communication de la marque. En effet, si à une époque il se contentait d’appeler son service client pour « pester » contre telle ou telle défaillance, il préfère maintenant donner le plus d’écho possible à son mécontentement.

Quel meilleur endroit pour cela que les médias sociaux ? Même si l’internaute n’a pas toujours une pleine maîtrise de ce mode de communication et de ses impacts, il est néanmoins une chose qu’il a bien comprise : la viralité et le pouvoir de « rayonnement » de son message.
L’internaute a bel et bien pris conscience que, pour que ses remontées soient prises en compte ou tout au moins considérées, il doit faire mal. Et donc communiquer au maximum sur les médias sociaux.

CM

Plus que jamais, les entreprises se doivent donc d’être réactives et de « limiter la casse » le plus rapidement possible. De quelle manière va-t-elle donc devoir s’y prendre pour être réactifs ? Faut-il faire appel à un Community Manager pour gérer les demandes clients ? Les réclamations ?

Si, dans un premier temps, celui-ci pourra tempérer le débat, modérer et faire remonter l’information en interne, il n’aura cependant pas de réel pouvoir de décision ni de compétences (expertise) pour renseigner et satisfaire le client/consommateur. La réactivité n’en sera que plus longue…

Alors que faire ?
Le plus approprié serait sans aucun doute de sensibiliser les téléacteurs qui sont en première ligne pour répondre aux besoins clients. Ils ont souvent une expertise de premier niveau et plus à même de traiter les premières réclamations que les Community Managers qui devront faire circuler l’information en interne avant de traiter les problématiques clients.

Cependant, il est indispensable de bien leur faire connaître les avantages et les risques liés à la communication sur les médias sociaux (risques de dérives, atteinte à l’e-réputation de la marque, diffamation, etc.). Il faudra ensuite les former efficacement à la réponse aux problématiques clients. Idéalement, le Community Manager devra effectuer cette formation et être accompagnateur durant la période d’adoption de ce mode de communication.

Teleacteur

Dernier argument enfin, je suis d’avis qu’il est toujours valorisant pour les téléacteurs de leur permettre de monter en compétences. La plupart d’entre eux étant d’une moyenne d’âge relativement jeune, ils sont pour la plupart déjà familiers des réseaux sociaux (notamment Facebook). Il faudra néanmoins veiller à ce qu’ils comprennent les enjeux d’une communication en B2C sur ce même réseau par exemple. Et d’apprendre à communiquer de façon adaptée sur d’autres médias (sociaux).

Et vous, qu’en pensez-vous ? Vos témoignages sont les bienvenus. 🙂

Sensibilisation aux médias sociaux

En tant que marque employeur, si vous souhaitez mener à bien votre stratégie de présence sur les médias sociaux (dont les réseaux sociaux), je ne serai que trop vous conseiller de bien communiquer en interne.

En effet, plutôt que d’interdire l’accès à vos collaborateurs de peur qu’ils ne participent à une mauvaise e-réputation, sensibilisez-les ! Car dites-vous bien que, de toute façon, vous ne pourrez pas contrôler tout ce qu’ils publient. Et que tant qu’à ce qu’ils publient, autant qu’ils sachent qu’elles peuvent en être les répercussions pour eux mais aussi pour l’entreprise.

Les exemples sont nombreux de licenciements, de diffamation, de bad buzz tout cela seulement pour la partie marque employeur.

Avant de vous lancer sur les réseaux sociaux, plus spécifiquement, il est indispensable de mettre en place votre stratégie. Comment allez-vous communiquer ? Comment aborder votre (future) communauté ? Comment véhiculer une bonne image de marque employeur ? Quels sont les interlocuteurs principaux ? Quel(s) objectif(s) poursuivez-vous ?

En tant que marque/entreprise, vous représentez des valeurs, vous reflétez une ambiance de travail, vos collaborateurs y ressentent un bien-être. C’est en mettant cela en avant que vous donnerez une bonne image de marque employeur et que vous saurez susciter des vocations (donc des candidatures) ! Grâce à votre veille en amont, découvrez où sont vos collaborateurs : Facebook ? Viadeo ? LinkedIn ?

Essayer autant que faire se peut de faire une analyse de sentiments : quels messages envoient-ils de votre entreprise ? En quels termes en parlent-ils ? Ont-ils naturellement tendance à recommander votre entreprise ?

A partir de cet état des lieux, vous pourrez commencer à construire votre présence. On pourrait résumer les différentes étapes à suivre de la façon suivante :

  • Veille sur votre marque/entreprise ;
  • Ecoute : sur quels médias sociaux sont présents vos collaborateurs ?
  • Sensibilisation : mise en place d’un guide de bonne pratique (pour vous guider, en voici quelques exemples ici : http://bit.ly/GuidesBonnesPratiques)
  • Formation initiation : comprendre son rôle en tant que collaborateur d’une entreprise sur les réseaux sociaux
  • Mise en place d’une action de communication interne « impliquante »
  • Animation de(s) compte(s) employeur sur les médias sociaux retenus

Vous voulez en savoir plus ? N’hésitez pas à me contacter ! 🙂

La CCI de la Rochelle publie un Livret de sensibilisation à la (e)-réputation


Dans le cadre de sa série de Guides téléchargeables,  la CCI de la Rochelle vient de publier un Livret de sensibilisation à la (e)-réputation à

See on www.vedocci.fr